Return to site

Accompagner le sommeil de bébé dès sa naissance.

5 astuces pour l'aider à faire ses nuits

Le sommeil est l'une des préoccupations majeures des jeunes parents...et de leur entourage !

« Est ce qu'il fait bien ses nuits ?"

"Ça va, vous arrivez à récupérer ?"

Le sommeil est un sujet fréquemment abordé dans les familles et dans les cabinets de consultation.

Pour accompagner son bébé, il n'y a pas (encore) de baguettes magiques, mais ce que je peux vous confier, ce qu'on a pu constater environ 50% d'amélioration pour les parents ayant utilisé le Dunstan Baby Language, dont les bébés ont pu découvrir (enfin) un sommeil paisible et ininterrompu.

Découvrez les 5 astuces qui leur ont facilité la vie.

1)Identifier le pleur de sommeil

La première piste est d'identifier le pleur de sommeil.

Bien qu'il existe de nombreux parents et professionnels capable d'identifier clairement le pleur de sommeil, Priscilla Dunstan a pu modéliser ce son pour pouvoir le transmettre aux jeunes parents.

Pour ma part, c'est un son que je ne savais pas reconnaître et que je prenais à tord pour un pleur d'ennui, ce qui m'a conduite à surstimuler mes ainées alors qu'ils avaient besoin de dormir !

Reconnaitre les signes de fatigue et entendre le son préliminaire du pleur de sommeil permet de poser son enfant au bon moment …

2) Comprendre les étapes de sommeil de son enfant.

Le sommeil des bébés reste un domaine mystérieux, mais ce qui peut aider, c'est de savoir comment ce sommeil évolue au cours des premiers mois.

Dans son livre «Dormir sans larmes », le Dr Rosa Jové explique que la première année de vie est une année riche en transformation. En effet, le bébé, vers 3/ 4 mois passe d'un sommeil composé de 2 phases à un sommeil composé de 5 phases. C'est à partir de 4 mois que le bébé doit apprendre à se réendormir après des micro réveils.

Et par exemple, selon cette pédiatre espagnole, seuls 12% des bébés trouvent leur sommeil dès leur premier mois de vie : on est donc loin de la norme supposée (le plus souvent, quand notre bébé ne dort pas, nous sommes persuadés d'être les seuls parents à vivre ça, d'autant plus si notre entourage nous parle de tel ou tel bébé qui fait ses nuits, comme si nous étions responsable )!

Plus un bébé est fatigué, plus il est difficile de l'endormir calmement, ce qui explique les pleurs du soir de nombreux bébés épuisés...

Quand on identifie le pleur de sommeil, c'est le bon moment de poser bébé dans un endroit calme et sécurisant, pour lui proposer dès la naissance des repères qui plus tard deviendront des rituels d'endormissement.

Il n'y a rien de répréhensible à le prendre dans ses bras, à le bercer ou l'allaiter si nécessaire , mais plus on arrive à le poser dans son lit, calme mais encore éveillé pour qu'il s'endorme paisiblement tout seul, plus on a de chances qu'il trouve ses propres ressources pour s'apaiser par la suite.

Dans tous les cas, on est attentif aux besoins de son bébé, et il n'y a aucune raison de le laisser pleurer tout seul...

4) Identifier les bonnes conditions de sommeil de notre bébé, cet être unique

Je suis particulièrement touchée, au fil de mon accompagnement des parents, par la finesse et la précision des besoins de nos bébés, parfois si différents de leurs aînés.

Ainsi, en accompagnant les parents à écouter le pleur de sommeil, j'ai découvert qu'on pouvait sortir du débat « laisser pleurer ou non bébé pour qu'il s'endorme »...

En observant leur bébé, certains parents ont découvert que leur progéniture préférait dormir dans la pénombre, d'autres dans le noir complet...d'autre avec un rez de lumière de 2 cm (et pas 3)...Oui oui, ça peut être précis à ce point !

Quand on peut observer et fournir les bonnes conditions de sommeil à notre bébé pendant la journée, il peut se reposer et s'endormir plus paisiblement le soir...

La surprise a été entre autre de découvrir que certains bébés avaient vraiment besoin de ces conditions de sommeil pendant la journée, même si de nombreuses personnes et spécialistes recommandent de faire dormir bébé dans un endroit un peu éclairé où il peut entendre les bruits de la maison pour lui apprendre le rythme du jour et la nuit...

En fait, j'observe qu'ils n'ont pas besoin qu'on leur enseigne quoique ce soit....juste qu'on leur procure les conditions adaptées à leurs besoins...

Ainsi, parmi les bonnes conditions, vous devrez observer leur rapport à la lumière, mais aussi au bruit (certains bébés apprécient le silence, d'autres ont besoin d'un bruit répétitif, ou d'un bruit blanc, ou des bruits de la maison...), ou encore au toucher (certains bébés aiment le contact, ou être contenus par les bras ou les langes, alors que d'autres sont dérangés par certaines matières textiles, ou par un contact trop appuyé ou présent...)...

Dans tous les cas, c'est votre observation de votre bébé qui va vous permettre de favoriser son sommeil d'une façon unique et appropriée !

Une fois que vous avez de la clarté sur les besoins physiologiques de votre bébé et comment les accompagner, il se peut que vous soyez confrontés à des pleurs émotionnels, ou pleur de décharge.

Aletha Solter, psychologue et auteure suisse explore dans son livre « Pleurs et colères de l'enfant et du bébé » explore la possibilité que les enfants et les bébés peuvent avoir à décharger des émotions.

Son conseil est de les accompagner avec amour et patience, sans chercher à minimiser leur émotion, ni à l'arrêter en proposant une tétine ou le sein ou en faisant diversion.

Si j'ai été touchée par ce constat et qu'il a accompagné ma réflexion autour des bébés et des enfants, j'avoue néanmoins que c'est un livre qui de mon point de vue doit être lu avec discernement pour que vous puissiez prendre ce qui vous convient, et ne pas tout prendre au pied de la lettre.

D'ailleurs, ce conseil est, je trouve, à appliquer pour toute lecture concernant les enfants, parce que comme chaque être est unique, vous aurez souvent à résonner avec des propositions, puis vous faire votre opinion et votre expérience par vous-même...

Toujours est que plus j'avance dans mon observation de mes enfants et des enfants et bébés que j'accompagne, et plus je mesure à quel point être capable d'être présent pour son enfant au milieu de ses pleurs est précieux...

La plupart du temps, un pleur déclenche en nous de nombreuses émotions : peurs, désespoir, inquiétude, colère, agacement, etc...

Quand nous parvenons à comprendre nos émotions, nous pouvons peu à peu être présent totalement à ce que vit notre bébé, sans le prendre de façon personnelle, juste à être avec sa détresse, ici et maintenant.

Je vois que je ne peux être dans cet accueil que lorsque j'ai l'assurance que les besoins de mon bébé sont nourris, que son pleur n'est pas en lien avec ma compétence parentale, et aussi quand je peux admettre que mon bébé, en tant qu'être distinct de moi, vit quelque chose qui n'a peut-être pas de mot...Un peu comme, dans un deuil, nous ne savons plus quel mot apporter à notre proche endeuillé, et que nous décidons d'être là, juste là avec lui/elle, pour lui tenir la main dans cette épreuve...

Il va sans dire que cet état d'accueil n'est pas une mise à distance de l'autre, mais au contraire un espace ou l'autre peut être distinct de moi, et que en même temps, nous partageons un espace d'intimité silencieuse...

Et bien sûr, dans le cas d'un bébé, toutes les pistes de ses besoins et de ses éventuelles douleurs ont été explorées...

Dans les quelques cas où j'ai pu expérimenter cet état, c'est en accueillant ma vulnérabilité face aux pleurs de mon enfant que j'ai pu ensuite me tourner vers ce qu'il vivait/ exprimer, et être juste là, avec lui...et c'est un état de calme et de confiance dans ce qu'il est, (dans le respect de ses besoins d'être écouté ) qui n'est pas toujours permanent dans la parentalité que je vis ...

En fait, chaque fois que je sens que je peux pas le faire spontanément, c'est le moment pour moi de travailler sur moi, de découvrir ce qui fait obstacle à mon empathie naturelle, et d'accueillir cette étape avant de pouvoir me connecter à mon enfant...

Êtes-vous prêt(e) à écouter le pleur de sommeil ( et ses autres besoins) et à entrer dans un nouvel espace de communication avec votre bébé ?

Alors rdv dans la boutique ou en atelier !

Et si vous souhaitez les émotions de votre bébé et son univers intérieur, c'est par ici !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly