Revenir au site

Covid 19: Conserver son calme et sa bienveillance avec bébé

· Covid 19,burn out,Pleurs de bébé,pleurs du soir,pleurs inexpliqués

Le confinement, ce n'est pas que de rester chez Soi.

C'est aussi de ne pas pouvoir voir des professionnels formé à l'écoute, à l'accompagnement des bébés et des parents, du moins en présentiel.

Et ça, c'est douloureux.

Parce que quand on est un jeune parent, isolé, loin des transmissions des grands-parents, on peut se sentir très vite submergé et démuni devant les pleurs de son bébé.

Et c'est alors que des situations de burn out ou pire, de violences peuvent apparaitre.

C'est difficile de parler de violences faites sur les bébés.

Quand on est enceinte ou en projet d'enfant, on ne se sent pas tellement concerné par les mesures de prévention des syndromes de bébé secoué.

Puis, à la naissance, on s'immerge dans un nouvel univers, et malgré la fatigue qui peut poindre le bout de son nez, là-encore, on peut mettre de côté ces informations, en se disant que cela ne nous arrivera pas:

Nous aimons notre bébé, nous ferons tout pour lui/elle...

Nous lirons des livres, des blogs, regarderont la Maison des maternelles, nous nous tiendrons au courant...

Nous cuisinerons pour lui/elle, le bercerons, nous lui chanterons des chansons, l'éveillerons au monde avec de la danse, de la musique ou du yoga, nous le comprendrons de coeur à coeur, parce que c'est notre enfant, notre tout petit...

Et puis, de fil en aiguilles, de bonnes intentions en bonnes intentions, il arrive que la patience s'émousse....

Est-ce que le syndrome du bébé secoué SBS arrive quand la patience s'émousse?

Pas forcément.

Il a été observé, chez les personnes ayant secoué un bébé , un faible niveau de tolérance, et une très grande méconnaissance des capacités réelles d'un tout-petit, ainsi que des croyances sur ce qu'un bébé devrait faire ou non.

Par exemple, ces personnes pouvaient porter la croyance que le bébé pleure pour "manipuler" son entourage, pour être pris dans les bras et être gâté...

Aujourd'hui, de nombreuses voix se lèvent pour dénoncer cette croyance, mais malheureusement, elle est encore véhiculée régulièrement.

Faisons un point sur le sujet:

Le Dunstan Baby Language est une approche permettant de se mettre à l'écoute de bébé et de décoder ses pleurs.

Il ne s'agit pas d'utiliser l'intuition ou d'inventer un langage ou une signification affective.

Non, rien de tout cela.

Voici ce qu'il en est: Priscilla Dunstan, douée de l'Oreille Absolue a découvert que les bébés communiquaient à partir de leurs besoins.

Tout simplement, les "mots" DBL sont issus du besoin, qui se manifeste par un réflexe postural puis par un son.

Le bébé n'a pas la capacité cognitive de manipuler son entourage, ni même celle de planifier quelque chose dans sa tête:

Il est sensitif et connecté à son corps.

A ce titre, il est dans le temps présent, et laisse son corps exprimer ses besoins.

En identifiant le besoin de son bébé à l'aide du Dunstan Baby Language, le parent ou accompagnant peut accompagner le tout-petit avant même que celui-ci ne manifeste de stress qui se traduirait par des pleurs inconsolables.

Quand un parent agacé peut-il faire du mal à son bébé?

La plupart des parents vivent des bons jours et des jours moins faciles.

La plupart doutent, se sentent impuissants parfois devant les pleurs de leur bébé et même peuvent imaginer, l'espace de quelques instants aller faire un tour quand la pression est trop forte.

Cela est normal: on peut y penser...

Mais il y a tout un monde entre le penser et le faire.

Un parent épuisé ne va pas forcément passer à l'action... mais son état est un facteur de risque.

On dit qu'un bébé pleure en moyenne 2h par jour ( sur 24h, et pas forcément d'affilée) .

Comme toute moyenne, cela ne représente pas forcément votre bébé. Certains pleurent plus, d'autres moins.

Et les pleurs d'un bébé c'est éprouvant.

Le corps humain est fait pour réagir et il y a 3 types de réactions instinctives en cas de stress:

La fuite,

Le figement,

L'attaque.

Quand il y a une violence sur autrui, on est dans l'attaque.

Pour empêcher cette action, il faut avoir conscience de soi, de son état et savoir comment prendre soin de soi.

Tout le monde ne le sait pas.

C'est la raison pour laquelle être attentifs auprès des jeunes parents est un enjeu social:

C'est important d'être présent, d'être à l'écoute, de pouvoir soutenir ceux qui en ont besoin.

La plupart du temps, il s'agit de disponibilité: écouter, être compréhensif, et prendre des nouvelles...

Le plus souvent, il s'agit de bienveillance et de délicatesse:

- Proposer son aide, ne proposer un conseil que s'il a été sollicité ( ou demander avant si le jeune parent est disponible pour entendre votre suggestion) ... et être attentif/ve à ne pas juger leur choix éducatif....

- Proposer des ressources, des pratiques bienveillantes, c'est à dire qui prennent soin du bébé et de ses parents.

Le Dunstan Baby Language fait partie de ces approches-là.

Simple, efficace, facile à apprendre, il permet de donner des repères aux parents sur les pleurs qui leur facilitent la gestion de leur bébé au quotidien ( et installe un cercle vertueux) ... et leur permet de prendre rdv auprès d'un professionnel de santé si besoin.

Le DBL a aussi cette formidable avantage de pouvoir être enseigné à distance, en téléconsultation.

Dans l'annuaire, de nombreuses animatrices vous proposent cette possibilité:

N'hésitez pas à les contacter par mail ou par téléphone pour leur demander une session.

Elles existent sous deux formes:

Session individuelle

ou Session collective

Quoiqu'il arrive, ne restez pas dans votre coin si vous vous sentez dépassé.e, irritable, épuisé.e.

Le Dunstan Baby Language vous accompagne dès les premiers jours de bébé et vous permet de mettre en place des repères simples , des temps de connexion uniques avec votre bébé , et de prendre goût à vous occuper de votre enfant avec plus de facilité et beaucoup moins de fatigue.

 

Pour contacter une Instructrice, c'est par ici

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK